Bilan mi-saison

28/12/2017
Bilan mi-saison

Bilan mi-saison

Le président du Stade Niortais rugby : Gilbert NASARRE fait un vaste tour d'horizon des activités de son club, où la vitrine de la Fédérale 1 n'est pas la seule à apporter des satisfactions.


Nasarre : " On a haussé les curseurs "

Six mois après son intronisation, le nouveau président du Stade Niortais Gilbert Nasarre peut passer Noël et la Saint-Sylvestre avec sérénité. L'équipe première vire avec une troisième place, mais la vitrine ne saurait masquer le derrière de la boutique, qui est tout aussi attirant. 

  • Président, comment jugez-vous cette demi-année ? Au niveau de l'équipe 1 tout d'abord ?

« J'avais la conviction que l'on pouvait aller loin avec cette formation bien renforcée qui propose désormais un jeu enrichi et densifié, avec un amalgame réussi. Alors, cela ne me surprend pas de voir la locomotive à ce niveau. Les garçons de Morel et de Lescalmel dominent souvent leur sujet à force de mouvement, d'engagement et de responsabilité. »

  • Où pensez-vous que nous les verrons en fin de saison ?

« Je crois parmi les qualifiés à la phase finale ! Mais tout le monde voudra y parvenir, et la trêve permet aux uns et aux autres de se réorganiser. C'est pourquoi je pense que la deuxième partie est toujours plus difficile que la première. Dans une poule où tout le monde peut rivaliser avec tout le monde. Vous avez vu comment le classement est resserré ? En contrepartie, affronter des grands noms comme Tyrosse, Saint-Jean-en-Luz et Oloron, ça tire vers le haut, ça motive forcément. »

  • Si on élargit un peu, on s'aperçoit facilement que tous les voyants sont au vert...

« Je préfère dire que nous avons su hausser les curseurs. Parce qu'un clignotant, vous savez, ça peut vite passer d'une autre couleur... Ainsi, les jeunes nous donnent par leurs bons résultats de grands plaisirs, à commencer par les Balandrade, 2e de poule avant de rencontrer Limoges en janvier. L'école de rugby, qui a une progression supérieure à la moyenne régionale et nationale, la nouvelle équipe des U23, les féminines et la section handi complètent agréablement la carte. »

  • Où en est le lissage du jeu des différentes équipes du Stade ?

« Il est en train de naître, il ira de l'école de rugby jusqu'aux seniors. On voudrait créer un ADN spécifique au Stade Niortais, issu d'un modèle de coaching et d'entraînement semblables, avec augmentation de la technique individuelle et des échanges incessants entre les éducateurs. »

  • Côté finances, le Stade Niortais est sorti de ses lourds problèmes d'il y a quelques années...

« Oui, c'est certain. On est maintenant en pleine transparence, on respecte point par point le tableau de pilotage commandé par la DNACG. Les difficultés sont derrière nous. Mais ça n'a pas été sans mal, et c'est grâce à un travail et des économies de tous les instants. »

  • Qu'en est-t-il du partenariat, visiblement en bonne santé ?

« Avec DROP et le club des XV, tout roule bien. Mais je tiens à remettre les facteurs dans le bon ordre : on veut installer durablement le Stade Niortais en Fédérale, mais aussi la " marque " Stade Niortais dans le tissu économique départemental et régional. Après, on a besoin de moyens pour y arriver. C'est pourquoi nous ne ménageons pas notre peine pour s'associer avec des entreprises performantes, ça crédibilise notre projet. »

  • Où en sont vos rapports avec le Stade Rochelais ?

« Ils se développent. Il y a certaines interactions qui naissent pour valoriser le partenariat, dont on a tout intérêt à ce qu'il grandisse. On a les mêmes désirs sur la progression de chacun dans les Deux-Sèvres et en Charente-Maritime. A terme, il est sûr que recevoir chez nous des jeunes ou d'anciens pros pour les intégrer, ce serait un " plus " majeur ».

  • Le Niort - Cognac/Saint-Jean se fera-t-il à Deflandre le 3 ou le 4 mars ?

« On se réunit début janvier pour l'évoquer, entre autres sujets. Mais comme nous travaillons uniquement sur l'acquis, le concret, alors nous ferons des annonces en temps voulu... »

  • Quels sont les autres grands axes de développement ?

« D'abord pérenniser cette ambiance-club. Rien ne serait possible sans l'apport des bénévoles, qui est énorme, en cœur et en temps donné. On souhaite améliorer l'accueil, se faire connaître aussi, d'où cet affichage en ville. On a beaucoup de choses dans les cartons, notamment sur la transformation progressive d'Espinassou. Si on veut conserver la chaleur et la convivialité autour du Stade Niortais, il faut que ces dossiers soient bien ficelés avancent et se réalisent. »

Christian Bonnin, La Nouvelle République