6e Tournoi inter-entreprises

12/06/2018
Zabas

Zabas

Les anciens joueurs du Stade Niortais ont une nouvelle fois réussi leur rendez-vous convivial et solidaire. Explications avec le Président Alain Rouvreau.


Photo par La Nouvelle République


Vulgairement parlant, il était plein comme un œuf. On ne parle pas du caveau de famille de Georges Brassens, plus simplement du parking du Conseil départemental jouxtant le Stade Espinassou jeudi soir. Quand cette jauge est à son maximum, c’est que l’événement est forcément d’une puissance particulière.


Une nouvelle fois, le 6e tournoi interentreprises « à toucher, sans contact, ni plaquage », comme dit le règlement, a fait le plein. 32 équipes, 359 participants dont 130 féminines, s’exprimant dans la bonne humeur sur 12 terrains retracés. Et on a même dû refuser du monde, c’était un crève-coeur. Ce rendez-vous devient incontournable, il s’imposerait presque désormais comme un des “ classiques ” du calendrier festif d’avant les vacances d’été.


« Oui, ça fait vraiment plaisir de voir un tel engouement, nous dit le président de l’Association des anciens joueurs du Stade niortais, Alain Rouvreau, 70 ans cette année. Nous avons cent-cinquante membres environ, et quatre-vingts bénévoles mobilisés pour tout installer et remettre en place le lendemain. On le fait pour la bonne cause, l’ensemble de la recette (ndr, dans les 4.000 €) allant à notre école de rugby. On a ainsi la sensation de participer au plus près de la vie du club, et ça, c’est bien le plus important. »


Sur l’année, les “ Anciens ”, sollicités pour de nombreuses tâches, l’accueil notamment à l’occasion des matches à domicile des matchs de la Fédérale 1, s’entraînent sans déroger tous les jeudis soirs à partir de 18 h 30. Après le rafraîchissement obligatoire et le casse-croûte facultatif, ils répètent sous la direction de Jean-Louis Camiade, cette fois pour les vocalises de la chorale. Au programme surtout, du Basque et du Béarnais, bien sûr.
Le 12 mai dernier, les “ Anciens ” ont même poussé jusqu’à Bilbao au stade San Mamés, lieu de la finale de la Coupe d’Europe entre Leinster et le Racing 92. Et les “ battles ” de chorales ont souvent tourné à leur avantage ! Mais jeudi soir, Alain savourait en mode local. « On a restauré l’ancien tournoi intermutuelles tombé sous silence. Maintenant, on a de nombreuses catégories professionnelles qui s’affrontent. Elles viennent de tous les horizons, même des pompiers et des urgentistes participent. Honnêtement, rien qu’à l’idée que tout le monde peut venir prendre son pied à s’amuser avec un ballon de rugby à Espinassou, ça nous donne une folle énergie pour la suite. »
Entre copains d’abord. Et avec une supplique pour être tous entraînés sur la plage du rugby à sept.

Christian Bonnin, La Nouvelle République