Fédérale 1 - J8 : Ioan Tomascu, les fruits de la passion

03/11/2018
Niort / Dax Tomascu interview

Niort / Dax Tomascu interview

Le pilier roumain Ioan Tomascu, passé par Parthenay, roule désormais pour le Niort RC. En deux ans, il est passé de la F3 à la F1 sans aucun problème.


Le deuxième dimanche de repos est consommé, place désormais au troisième bloc dans ce championnat de Fédérale 1 qui a commencé à étirer sa hiérarchie. Pour les Niortais (5e avec 21 points, 4 victoires, trois défaites), le défi de rentrer dans les “ six ” en fin de saison est bien parti, deux grosses affiches se profilant à court terme. Dès dimanche, ce sera la venue du club historique de l’US Dax Rugby Landes (37 joueurs envoyés au fil du temps en équipe de France !), puis le 16 novembre, dans le cadre déjà mythique de Deflandre à La Rochelle et après une 9e journée jouée à Rennes, la réception de Cognac/Saint-Jean pour une revanche sur le mauvais sort de l’an passé. « Pour le moment, concentrons-nous sur ce match, repositionne Ioan Tomascu, le pilier roumain du NRC. Dans la préparation et dans l’approche d’une partie, je ne fais aucune différence entre les différentes affiches. Dax ? Oui j’ai entendu dire qu’ils avaient un gros passé, et chacun sait qu’ils n’ont quitté la Pro D2 que l’an passé. Quand bien même, c’est sur ce genre de match que l’on doit faire fructifier la valeur de notre jeu. » Surnommé « Tomy » par ses pairs, ce chauffeur-livreur chez un grossiste en fruits et légumes, Gâtine Primeurs, ne fait pas de quartier sur un terrain.

« Son profil est celui d’un pilier du rugby moderne, dit de lui son co-entraîneur Sébastien Morel. Il est vif et mobile et nous apporte beaucoup. Il fait partie de ces joueurs qui savent concilier le travail, l’humilité et le respect. Il est à l’écoute, souvent dans l’échange, aussi. » Ioan récolte donc à 26 ans les premiers fruits de sa passion. En venant de Roumanie, il avait intégré le SA Parthenay pour deux ans, là où Niort est allé le chercher. « Jouer en Fédérale 3, observe Sébastien Morel, ne signifie pas que l’on appartient à un niveau précis de façon immuable. Si on augmente la charge de travail et avec de la bonne volonté, on peut pousser son niveau très vite. » C’est visiblement ce qui est en train de se passer pour Tomascu. « Mon souhait est maintenant d’aller le plus haut possible, conclut-il. Pour le moment, je suis au service de Niort avec l’envie de faire du mieux possible. Dimanche, c’est Dax, et nous aurons la volonté de l’emporter. Comme n’importe lequel de nos autres rendez-vous d’ailleurs. »

Niort RC - Dax Dimanche, 15 h 30, stade Espinassou.

 

Christian BONNIN, La Nouvelle République.

(c) Olivier DRILHON