Fédérale 1 - J10 : Damien Fierro, la tête dans les nuages

21/11/2018
Niort/Cognac D.Fierro

Niort/Cognac D.Fierro

Auteur d’un essai vendredi soir et d'une prestation remarquable dans le combat, Damien Fierro, qui dispute sa première saison avec le Niort RC, semble conquis par le club et ses coéquipiers.


Le troisième ligne, qui arrive de Limoges, s’épanouit dans son nouvel environnement.

Vous avez livré un gros combat ce soir (vendredi), quel était le rendu sur le terrain ? « Ah oui, c’est sûr que c’était un gros gros combat. De toute façon, on s’attendait à ça depuis le début de semaine. On s’était préparé pour ça, il y a eu des petites choses qui n’allaient pas, mais on est tellement une bande de potes, une bande de mecs qui ne lâchent rien, c’est trop bon. On arrive même à la fin à prendre l’ascendant à un de moins et ça, c’est énorme. Je pense que ce sera notre marque de fabrique jusqu’à la fin de la saison. »

Est-ce que sur cette fin de match, vous avez repensé un petit peu à la fin de rencontre du mois de mars ? « Personnellement, je ne sais pas, parce que je n’étais pas là l’année dernière. On en a reparlé, les coachs en ont reparlé, mais l’année dernière, c’était l’année dernière. Là, on est dans une nouvelle saison qui redémarre, et ce match-là était une revanche. On ne voulait vraiment pas le perdre. »

On a vu un gros pack pendant le match, avec notamment deux essais de la part des avants. Est-ce que ces groupés pénétrants étaient de simples faits de jeu, ou un domaine travaillé à l’entraînement ? « C’est quelque chose qu’on travaille beaucoup parce qu’on est assez performants là-dessus. Et, du coup, quand on a une force, on appuie là où on est forts. Il faut qu’on aille jusqu’au bout là-dessus et on va encore travailler, parce qu’il y a des choses qui n’allaient pas. Mais bon, on est très satisfaits, et que l’aventure continue ! »

Sur le contexte du match, c’est forcément différent d’Espinassou. Comment on appréhende ce stade et ce public ? « C’est vrai que ça fait bizarre d’être délocalisé, mais on va dire que ça met un enjeu, une petite pression en plus, et c’est ce qui rend la chose encore plus belle quand on gagne. C’est de l’euphorie et c’est énorme, c’est une vraie chance… ça n’arrivera peut-être qu’une seule fois dans notre carrière, on a su la prendre et c’est super. »

 

Rédaction La Nouvelle République

(c) Olivier DRILHON