Fédérale 1 - J11 : Niort RC, engranger avant les fêtes

01/12/2018
Bergerac/Niort 1

Bergerac/Niort 1

Restant sur trois victoires consécutives, le Niort RC entend bien poursuivre sa belle série. Réponse demain (dimanche 2/12), sur la pelouse de Bergerac (15h).


Victorieux dans le derby il y a quinze jours à La Rochelle, contre Cognac Saint-Jean, les Niortais réalisent une excellente première partie de championnat.

Avec sept victoires en dix journées, le club deux-sévrien compte 33 points, et un matelas assez confortable sur les premières places non qualifiables. Autant dans le jeu que dans l’état d’esprit, les hommes de Laurent Dossat n’ont pas failli dans beaucoup de domaines. « Quelque part, les joueurs se sont donné le droit de regarder vers le haut. Il ne faut pas le voir comme quelque chose qui va mettre de la pression, mais plutôt comme un objectif à ne pas lâcher. L’état d’esprit de ce groupe est génial, et je pense qu’il y a un truc à faire », souligne le coach.

La tête froide pour passer un hiver au chaud

Demain, les Niortais se déplacent à Bergerac, avec l’intime ambition d’y accrocher un quatrième succès consécutif. Un résultat positif viendrait placer les Deux-Sévriens dans une position idéale, alors que Nantes a un périlleux déplacement à Rennes, et que Trélissac risque de laisser quelques points à Rouen. « On va là-bas pour gagner, clairement. Mais Bergerac n’est pas à sa place, dans cette poule. C’est une formation très puissante devant, et qui possède un trio d’arrières qui joue très bien au ballon. Ça va vite, et il faudra être extrêmement vigilant », prévient l’entraîneur.

Les coéquipiers de Valentin Destruels devront notamment se méfier de Sisa Koyamaibole, troisième ligne centre international fidjien surpuissant, qui évoluait encore en Top 14 l’année dernière, du côté de Brive. « Comment ne pas garder un œil sur un mec comme lui. Après, il ne faudra pas se focaliser uniquement sur un joueur, mais plus sur nos principes à nous. Appuyer sur ce qu’on sait faire de mieux depuis quelques rencontres, à avoir l’agressivité défensive. Les cinq dernières minutes que nous avons vécues à La Rochelle, c’est grâce à ça qu’on garde l’envie d’entraîner », assure Laurent Dossat.

Et alors qu’on arrive dans la période des terrains gras et des mêlées dans la boue, l’aspect défensif va prendre une tout autre envergure dans ces matchs d’hiver. Mais quand on voit l’abnégation et l’envie des Niortais depuis leur cuisante défaite à Nantes, on se dit que les Deux-Sévriens vont pouvoir passer les fêtes au chaud.

Bergerac - Niort, dimanche à 15 h.

 

Rédaction, La Nouvelle République.