Fédérale 1 : Deux défaites, mais un Top 6 pour le Niort RC

12/12/2018
Niort RC Top 6 (12/12)

Niort RC Top 6 (12/12)

Reparti de Langon sans victoire ni point de bonus, les rugbymens Niortais enchaînent un deuxième revers de suite, mais restent dans leur objectif initial.


Deux défaites de rang, et voilà une année qui se termine bien mal. Mais la lecture du classement est là, tout de même, pour rappeler la chose : le Niort RC bouclera 2018 à la sixième place, dans les clous de ses objectifs.

« En début de saison, on aurait tous signé pour cela au vu de la poule », glisse le trois-quarts Dorian Fays.

Oui, mais voilà : deux déplacements se sont succédé, à Bergerac puis Langon, pour autant de défaites. Et cela écorne un poil le très beau tableau dressé jusqu’ici. « On se dit qu’avec ne serait-ce que quatre points de plus, on aurait pu être au-dessus au classement », enchaîne Fays. « L’objectif ne change pas. Et, maintenant, il est hors de question de lâcher cette sixième place », reprend Laurent Dossat, le co-entraîneur niortais.

Rouen d’entrée en janvier

Qui n’a guère goûté la copie rendue en Gironde, sur le terrain d’une équipe mal classée au coup d’envoi. Battus 27-16, ses joueurs ont, en plus de la défaite, vu s’échapper un précieux point de bonus défensif lorsque Dimitri s’en allait aplatir à l’approche de la sirène. « On est tombé sur une équipe qui a mis le curseur plus haut que nous, juge Dossat. On a eu une gestion du vent un peu approximative en première période, et tout ce qu’ils ont pu mettre, ils l’ont fait. Certains n’ont pas mis tous les ingrédients. »

Pourtant, au vu du scénario, les Niortais auraient pu, avec un peu plus de réalisme, s’offrir un retour joyeux en Deux-Sèvres. « Pendant la première mi-temps, on les a un peu regardés. On a fait pas mal de fautes, ce qui nous a fait prendre des cartons jaunes, et ça nous a pas mal pénalisés », retrace Fays. Derrière, ils ont su revenir dans le match, grâce à un essai de Morlay, puis à l’adresse au pied de Guénin. Et, à vingt minutes du terme, le Niort RC n’était même qu’à quatre petites unités de son adversaire… « Mais, derrière, on n’a pas concrétisé, alors qu’on a joué pendant presque un quart d’heure à cinq ou dix mètres de leur ligne, regrette Dorian Fays. Alors qu’eux, ils sont venus une fois et ils ont marqué. » « Comme à Bergerac, on a manqué la balle de match, peste Dossat. Ce revers a mis en lumière les carences globales pour gagner ce genre de rencontre. Il faudra qu’on sache que tous les dimanches, c’est la guerre. J’espère qu’on ne l’oubliera pas lors du prochain déplacement. »

Les regrets, eux, n’ont pas trop le temps de s’installer. Avec une semaine pleine de travail à venir, puis des vacances bien méritées pour recharger les batteries, les Niortais n’auront pas trop le temps de ressasser ces deux sorties mal négociées. Parce que la phase retour qui se pointe, elle, ne laisse pas de place pour l’à peu près. « On n’a qu’à bosser, et c’est comme ça qu’on arrivera à avancer, appuie Fays. Parfois, une petite fessée permet de repartir. » Le retour au championnat, avec la réception dès la reprise de Rouen, l’insatiable leader de la poule (12 victoires en 12 journées), le 6 janvier, est là pour en attester. « La remise en question doit être permanente. On a juste à se retrousser les manches, et recevoir Rouen au rang qui lui est dû », termine Dossat.

Un défi majeur.

Martial Debeaux, La Nouvelle République

(c) J-A. Bouthier