Fédérale 1 - J18 : Le Niort RC se complique la qualification..

09/03/2019
2

2

Lourdement défait à la maison ce dimanche contre Nantes, le Niort RC a laissé des plumes pour les phases finales. Jimmy Brazier analyse cette déroute.


Malheureusement, il n’y a pas grand-chose à rajouter sur le score et le scénario de ce match…

« Non, c’est très dur. On en prend quarante à la piaule, c’est compliqué quand tu dois absolument gagner tes matchs à la maison et que tu les perds. C’est assez dur, oui. »


Pourtant, vous faites vingt premières minutes plutôt bonnes.

« Oui, c’est vrai, mais c’est le rugby. C’est à dire qu’à un moment donné, quand tu ne respectes pas les fondamentaux, tu te fais vite renverser. Nantes a très bien joué, notre adversaire a fait un bon match, avec des super coups à exploiter en attaque qu’ils ont réussi à jouer à fond. Ils ont eu aussi ce petit facteur chance, voilà aussi ce qui fait qu’ils ont tout le mérite de gagner. Il faut que l’on relève la tête et qu’on reparte de l’avant parce qu’il nous reste quand même quatre matchs. »


A un moment, on s’est dit que vous pouviez revenir…

« Complètement, on avait à cœur de refaire un peu comme on a fait au Bassin d’Arcachon où on était menés à la mi-temps, avant de réussir à remonter en seconde période. Mais bon, les joueurs Nantais ce ne sont pas des “ pipes ” non plus, ils savent jouer au rugby, ils possèdent un bon jeu au pied, donc voilà, ils ont su en profiter. »


Pour le Top 6, le coach annonçait que ça devenait vraiment compliqué, c’est aussi votre avis ?

« Complètement, à partir de maintenant, on n’est plus maîtres de notre sort. Bien sûr que ça dépendra de nos résultats, mais aussi beaucoup de ce qui se fera à côté. Mais oui ça va être très dur, c’est évident. Il faut gagner les matchs, on le sait, et on va les prendre les uns après les autres en essayant de performer le plus possible. »


Finalement, est-ce que cette grosse victoire à Saint-Médard ne vous a pas trop mis en confiance ?

« Non, je ne pense que cela nous ait mis en confiance, on se devait d’avoir une réaction après Suresnes. Après, on savait que Nantes c’était d’un calibre nettement supérieur, donc voilà, le score est fait, 14-40, et c’est dur. »

 

Rédaction, La Nouvelle République.