Fédérale 1 - J21 : Le Niort RC a un genou à terre

10/04/2019
11

11

Union Cognac Saint-Jean - Niort RC : 41-19. Les Niortais n’ont pu empêcher l’UCS de dérouler son jeu, et manquent un bonus qui vaut si cher.


Au moins un point : c’était l’objectif des Niortais sur la pelouse de Saint-Jean-d’Angély dimanche après-midi, pour espérer rester dans la course pour le challenge Yves-du-Manoir. Mais le jeu bien ordonné de l’adversaire du jour, qui espère encore jouer la montée, en a décidé autrement.

Les Cognaçais ne perdaient pas de temps, et trouvaient dès l’entame une touche très dangereuse devant l’en-but niortais. En pressant la défense niortaise sur sa ligne, les Charentais validaient cette rapide entrée en matière avec un essai de Davetawalu, que transformait Peluchon (7-0, 4e). Sur la remise en jeu, les Niortais amenaient le jeu dans les 22 mètres locaux. Sans parvenir à franchir la dernière ligne de défense, ils réduisaient le score grâce à la pénalité de Guénin (7-3, 10e).

Efficaces en mêlée, les Deux-Sévriens repartaient à l’offensive et obtenaient une mêlée idéalement située à cinq mètres. Là encore surpuissant, le pack niortais faisait pivoter son vis-à-vis et s’offrait un essai de pénalité (7-10, 15e).

Piqués au vif, les Cognaçais réagissaient, avec le débordement de Jone Daunivucu, qui transmettait à Cecot pour aplatir (12-10, 17e). Sur un dégagement local, la touche trop longue de Tomascu rendait la balle à Cecot, qui lançait Gmir, sans opposition, pour creuser l’écart (17-10, 20e). Le même Gmir s’élançait à nouveau vers l’en-but quelques instants plus tard (24-10, 25e).

Guénin pensait réduire l’écart avec une pénalité (24-13, 32e), mais le débordement de Pageneau dans le camp niortais permettait à Cecot d’aplatir une nouvelle fois (31-13, 35e). Alors, Guénin passait une nouvelle pénalité, mais cela paraissait bien maigre. D’autant qu’à quelques secondes de la pause, Sapparrart empêchait les locaux de repartir à l’essai en arrachant le ballon, et se faisait sortir prématurément. Les Niortais étaient déjà très en retard en rentrant au vestiaire (31-16).

Niort ne franchit pas la défense

Mais la reprise était encore compliquée pour les Niortais. Le XV deux-sévrien trouvait une touche intéressante dans les 22 mètres locaux, mais les Charentais parvenaient à se saisir du ballon pour se dégager. Les Niortais repartaient à l’offensive, mais butaient toujours sur les cinq derniers mètres. Les Blancs se dégageaient à nouveau, et la transmission de Gauthier à l’approche de l’en-but permettait à Ardiaca d’aplatir (36-19, 56e).

Le jeu se tendait après la charge de Gillot-Jouannet sur Fays, qui ne portait pourtant pas le ballon. Et les efforts niortais ne portaient toujours pas leurs fruits. Le cafouillage à la réception alors que les dernières secondes s’égrenaient rendait le ballon aux Cognaçais dans le camp deux-sévrien. Les Charentais se réorganisaient pour obtenir une mêlée à cinq mètres de l’en-but.

Dans les arrêts de jeu, Daunivucu s’étendait pour aplatir derrière la ligne et alourdir la sentence. A l’aube de son quarante-deuxième anniversaire, il tentait lui-même la transformation, qui passait à côté. Les Niortais ont mis bien trop de temps à se mettre au rythme de la partie qui s’est disputée sur le terrain de Saint-Jean-d’Angély.

S’ils ont réussi à contenir les ardeurs charentaises en seconde période, leurs efforts offensifs sont restés vains, ce qui les prive de bonus. Ils sont désormais condamnés à l’exploit et à un coup du sort pour disputer la phase finale.

 

Clément GRUIN, La Nouvelle République

(c) UCS